Fiche technique
Testé sur : PlayStation 5
Egalement disponible sur : PlayStation 4 / PC / Xbox One / Xbox Series S-X
Editeur / Développeur : Ubisoft
Genre : Aventure
Nombre de joueurs : 1 joueur
Nombre de joueurs en ligne : 2 à 4 joueurs

Après Chicago, puis San Francisco, ce troisième volet de la franchise Watch Dogs délaisse les États-Unis pour nous emmener à Londres. Les hackers de DedSec sont mis à mal par un nouvel ennemi, ZeroDay, qui s'est employé à les faire passer pour une menace . Recherchés par les soldats d'Albion, les hackers ont donc dû être dissouts. C'est désormais au joueur de former une résistance, en partant de rien, et avec toute une ville qu'il est possible d'enrôler.

Car c'est là que ce nouvel épisode devient ambitieux : il n'y a pas de héros à proprement parler. Après un prologue dans lequel DedSec est dissout, une liste de plusieurs personnages générés aléatoirement vous sera proposée et vous devrez en choisir trois. Et s'ils ne vous plaisent pas ? Ce n'est pas grave puisque tous les PNJ que vous croiserez pourront être recrutés et devenir jouables ! Vous avez une infinité de possibilités, tous les habitants de Londres à votre disposition, avec chacun des capacités différentes qui pourront vous servir dans des situations particulières. Vous pouvez être n'importe qui. Sur le papier, c'est juste énorme. Dans les faits, ça fonctionne vraiment bien, avec un seul regret : pour recruter des personnages, il faut auparavant obligatoirement faire une mission secondaire pour leur rendre service. Le résultat, c'est que c'est rapidement lassant et ça coupe l'action. On finira par en recruter une dizaine avant de s'arrêter et c'est dommage, ça aurait pu être énorme d'avoir toute une armée à disposition s'il n'y avait eu pas systématiquement cette mission secondaire à faire.

Mis à part ça, le scénario est plutôt classique et ne sera jamais surprenant. Il n'est pas mauvais, mais a moins de caractère que l'épisode précédent. L'IA qui aide le joueur est le fil rouge lorsqu'on change de personnage. Bagley (c'est son nom) apporte la touche d'humour de l'histoire avec ses remarques assassines. Il vous guidera, vous informera lorsqu'un PNJ atypique (possédant des capacités très intéressantes) se trouve proche de vous, et analysera les données de vos piratages. Concernant nos personnages, le jeu ajoute également un concept intéressant (que l'on peut désactiver avant de démarrer sa partie) : le permadeath. C'est à dire que votre personnage, s'il est abattu, sera définitivement mort et ne pourra plus être sauvé. Si vous désactivez cette option, votre personnage sera envoyé à l'hôpital et en sortira au bout d'un certain temps, variable selon la gravité de ses blessures. Personnellement, ayant peur de mourir trop souvent, j'ai désactivé cette option mais je le regrette, je pense qu'elle aurait ajouté de l'intérêt au recrutement.

Dans sa réalisation, le jeu est visuellement incroyable : Londres est photoréaliste et on se surprend parfois à s'arrêter juste pour regarder les décors. De jour comme de nuit, c'est sublime. Si on ajoute à ça les temps de chargement inexistants (sauf quand on fait un voyage rapide à l'autre bout de la map, mais ils sont très courts, de l'ordre de 5 secondes), on prend un grand plaisir à simplement visiter Londres (et s'infiltrer dans Buckingham Palace, hautement sécurisé). Autres nouveautés intéressantes dans cet épisode : les drones. Pas le petit drone volant de l'épisode précédent, mais bien un drone géant, capable de vous transporter, et vous permettre de vous faire visiter la ville par les airs. Ce qui ajoute un gameplay vertical à cet épisode, et deviendra probablement votre moyen de transport privilégié. Mais on n'oublie pas également le drone araignée, qui vous permettra de vous infiltrer partout, pirater les sécurités, et même électrocuter les ennemis sur votre chemin.

Chaque mission vous est récompensée par des points à dépenser pour débloquer armes et techniques, mais aussi par de l'ETO, la monnaie de cette époque. Point faible, l'ETO ne sert à rien d'autre dans ce jeu qu'à acheter des vêtements. Et s'il y a un énorme choix de boutiques et de combinaisons de vêtements, je ne pense pas que vous vous y attarderez longtemps. En tout cas, inutile d'accumuler votre argent en pensant plus tard acheter des armes, ça ne sert vraiment qu'aux fringues. Un autre point noir du jeu est la physique des véhicules. Ce défaut existe depuis le premier épisode de la franchise, et n'a toujours pas été amélioré : les véhicules sont lourds et très difficiles à conduire. Cet épisode inclut un pilote automatique mais qui respecte les limitations de vitesse. On préférera du coup utiliser le voyage rapide, quitte à se taper 5 secondes de chargement, à y aller en drone (lent mais peut aller en ligne droite), ou carrément à pied en courant.

En plus de son histoire principale, le jeu proposera un nombre conséquent de missions secondaires (hors recrutement) qui sont bien scénarisées et intéressantes, qui permettent d'augmenter la durée de vie. On fait brièvement la passe sur le mode multijoueurs, définitivement abandonné par Ubisoft qui ne le mettra plus à jour tant il n'aura pas trouvé son public. Ce mode vous propose de patrouiller en coop à quatre joueurs dans Londres. Tout un terrain de jeu immense, où vous ne serez que quatre joueurs... Contre les 64 joueurs de GTA Online, ça fait pauvre. Les missions pourraient être intéressantes, surtout en infiltration, mais il faut trouver trois amis qui ont la même passion pour l'infiltration que vous, car la plupart des matchmaking m'ont placé avec des bourrins qui foncent dans le tas à chaque mission en activant toutes les alarmes. Un style de jeu à la GTA mais pas adapté à Watch Dogs. Un autre mode vous propose d'affronter en équipe des hordes d'ennemis. C'est drôle durant une partie, mais ça devient vite répétitif.

Points positifs

  • Tous les personnages sont potentiellement jouables
  • Un Londres photoréaliste
  • Le permadeath
  • Du contenu annexe (et une mission spéciale post game)
  • Une histoire plus sombre que l'épisode précédent
  • Un mode online qui promettait beaucoup...

Points négatifs

  • ... mais qui n'a pas su trouver son public
  • Des problèmes de synchro labiale en version française
  • La conduite des véhicules
  • L'argent ne sert à rien

"Watch Dogs : Legion" enrichit la licence de bonnes idées de gameplay. Le nouveau système de recrutement est son point fort et il sera aussi fun de jouer un as du combat qui possède une batte cloutée, qu'une mamie lente qui n'arrive pas à courir mais possède un gun surpuissant. Mon préféré étant le comptable qui a le hoquet quand il est stressé et qui se fait toujours repérer. Londres est sublime et nous émerveille à chaque coin de rue, mais le jeu pâtit de véhicules de mauvaise qualité qui n'offrent aucune sensation de vitesse. Il sera cependant difficile de nier tous les atouts de cet épisode qui vous occupera de longues heures.

La note de Critique Universe :

Note : 4 sur 5.
La note des visiteurs : (votez)

Toutes les captures d'écran de cette critiques ont été prises par nos soins sur une PlayStation 5

-Publicité-
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments