Titre original : Nope
Titre québécois : Ben non

2022 - USA - 2h10 - Science-fiction
Vu au cinéma

Dans la Santa Clarita Valley, OJ et Emerald Haywood ont hérité d'un ranch de leur père Otis, légendaire dresseur de cheveux pour le cinéma et la télévision. Ils tentent de perpétuer le mythe, mais ils doivent affronter d'importantes difficultés financières malgré leurs compétences. OJ et Emerald commencent à observer de mystérieux phénomènes sur leur ranch. Tandis qu'ils tentent de les filmer pour mieux les comprendre, ils sont bientôt pris dans une spirale obsessionnelle.


Jordan Peele nous a surpris par le passé avec Get Out, et nous avait retourné l'esprit avec Us. Il a rapidement été surnommé le nouveau Hitchcock par Hollywood. Sauf que Hitchcock n'a pas fait que des succès, et ce surnom n'a jamais porté chance. C'est quand Hollywood a surnommé M. Night Shyamalan de cette façon que sa carrière a connu un gouffre. Malheureusement, cette malédiction ne semble pas conjurée, puisque Peele nous livre avec Nope le film d'extraterrestre (aucun spoiler, tout le marketing du film est basé dessus) le plus inintéressant de ces dernières années tout en nous donnant l'impression qu'il est peut-être un réalisateur surestimé.

L'histoire est donc centrée sur un extraterrestre géant ressemblant parfois à une soucoupe volante, et parfois à un chapeau de cowboy, qui décide de s'en prendre à une petite ville américaine. Sa principale cible, sans véritable raison, est le ranch de OJ (Daniel Kaluuya) et sa soeur Em (Keke Palmer). C'est au-dessus de leur domaine que cet extraterrestre-qui-ressemble-à-un-anus a décidé de loger, caché dans un nuage qui reste fixe depuis des mois. Après le thriller et l'horreur, le réalisateur jette donc son dévolu sur la science-fiction et veut créer du mystère et de la tension. La seule tension que vous sentirez, c'est celle de votre mâchoire quand vous commencerez à bailler.

Car ce qui se déroule devant vos yeux est douloureusement lent, un film qui va vous fatiguer par ces nombreux trous scénaristiques et son manque de logique. Comme si personne dans l'équipe de scénaristes de Peele n'avait osé lui dire que son histoire n'avait aucun sens. Après un beau bordel et la mort de leur père, OJ et Em vont dédier leurs journées à vouloir filmer cet extraterrestre, ce qui est d'autant plus idiot qu'ils savent très bien que l'extraterrestre en question a le pouvoir d'éteindre tout ce qui est électrique autour de lui. C'est réellement dommage que les longueurs instaurées par Peele, voulues pour générer de la tension, vous laissent en fait beaucoup trop de temps pour réfléchir à combien l'histoire est stupide et peu originale.

Un petit exemple d'une chose qui défie la logique, c'est la façon dont la musique qu'écoutent les personnages ralentit lorsque l'extraterrestre s'approche au lieu de se couper, alors que ce sont des appareils numériques. Si l'électricité vient à manquer, la musique devrait se couper, et non pas ralentir, comme ce serait le cas pour un disque vinyl, par exemple. C'est un détail mais qui fait sortir du film aussitôt. C'est une erreur technique impardonnable pour un réalisateur de cette trempe. L'autre point qui rend fou, c'est cette volonté idiote des personnages de vouloir absolument prendre l'extraterrestre en photo. C'est leur seul objectif d'un bout à l'autre du film.

Alors même que l'extraterrestre avale les employés et les clients d'un parc, nos héros continuent de s'entêter à vouloir filmer l'extraterrestre plutôt que d'appeler l'armée pour tenter de s'en débarrasser. Ces nombreuses vies sacrifiées ne semblent même pas les toucher. Et que dire de l'histoire du chimpanzé qui est devenu fou et a dévoré le visage d'une comédienne ? Ça n'a absolument aucun rapport avec le reste du film ! On pourrait croire que c'est une clé sur comment combattre l'extraterrestre, mais même pas ! Ça ne sert à rien ! La clé pour combattre l'extraterrestre se trouve plutôt au niveau du dressage des chevaux. Quel hasard qu'il ait élu domicile au-dessus du ranch d'un éleveur de chevaux, dites-donc...

Il faut tout de même reconnaitre au film que certains effets spéciaux sont particulièrement réussis. Que ce soit les tornades de poussières, ou l'extraterrestre lui-même qui, même s'il ressemble à un anus flottant, s'intègre particulièrement bien à l'image. D'autant que cet extraterrestre va évoluer et connaitre une seconde forme dans la dernière partie du film, qui va réellement le mettre en valeur. Peele est un réalisateur qui aime ne pas trop en montrer, et c'est tout à son honneur. On ne peut pas dire qu'il en montre trop, ou pas assez ici. Il garde l'extraterrestre dans l'ombre, derrière un nuage ou il s'arrange pour que le point ne soit pas fait sur lui pour qu'il reste flou. C'est une astuce simple mais efficace, sauf qu'on s'en lasse la 700ème fois.

Points positifs

  • Le casting est bon
  • Le réalisateur sait mettre en valeur ses paysages
  • Les effets spéciaux

Points négatifs

  • L'histoire du chimpanzé
  • L'aspect de l'extraterrestre
  • Le manque de logique
  • C'est lent !

Nope était attendu comme le Messie, et est loin de combler nos attentes. J'avais l'espoir de me faire encore une fois retourner l'esprit et que, par miracle, Peele avait joué avec le marketing pour cette bande-annonce et qu'en fait, il n'y avait aucun extraterrestre dans le film. Mais non, c'est une histoire terriblement basique et peu originale. Nope se résume en deux mots, et c'est le titre québécois qui le fait le mieux : ben non.

La note de Critique Universe :

Note : 1.5 sur 5.
La note des visiteurs : (votez)
-Publicité-
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments