Titre original : ルパン三世 (Rupan Sansei)

2014 - Japon - 2h12 - Aventure/Action
Vu en Blu-Ray

Lupin le troisième du nom, petit-fils du très célèbre Arsène Lupin, et ses partenaires forment un gang de cambrioleur appelé les Oeuvres. Trahi par l'un des leurs qui dérobe dans le coffre du gang un collier et tue l'oncle de Lupin III, ils vont infiltrer l'Arche de Navarone, une forteresse de haute sécurité ressemblant à un gigantesque coffre-fort, pour y dérober le Coeur Pourpre de Cléopâtre, le bijou le plus cher au monde.

Puisqu'on vous a déjà parlé du dernier film animé en date de Lupin III, on s'est dit qu'on pourrait aussi vous parler de l'adaptation avec de vrais acteurs. Etonnamment, malgré son énorme succès au Japon, la licence Lupin III n'a été adaptée en live que deux fois : en 1974, et en 2014. Bien entendu, c'est la version de 2014 dont nous allons vous parler.

Quand le réalisateur Ryuhei Kitamura a débarqué en 2000 avec son film de zombies kung fu à petit budget "Versus", les critiques ont vite acclamé un nouveau talent sur la scène du cinéma japonais, et cela à travers le monde entier. Cependant, alors que les studios lui ouvraient les portes à de plus gros budgets, il a rapidement perdu le contrôle créatif, même lorsqu'il a tenté d'insuffler sa vision dans une grosse licence avec "Godzilla : Final Wars". Il est alors parti aux Etats-Unis et nous a offert le très intéressant "Midnight Meat Train". En 2014, il revient enfin au Japon pour adapter à sa sauce la franchise Lupin III, qui n'avait pas eu d'adaptation live depuis 40 ans.

On ne présente plus la licence dont on a déjà parlé la semaine dernière pour la critique du film animé. Mais l'adapter en live est assurément un challenge vu toute l'action qu'il y a dans la saga, où les héros défient la gravité. C'était assurément un travail pour le Kitamura époque "Versus". Malheureusement, on ne va pas se mentir, au lieu d'avoir puisé dans le manga pour tenter de lui donner vie à l'écran, Kitamura est parti sur une histoire molle et comme à son habitude, nous lance dans plus de 2h de films mais dont seulement 40 minutes chrono sont des scènes d'action. Le reste, c'est de la parlote. Mais ça, c'est le moindre des problèmes de ce film.

Le scénario est ridiculement convenu. Lupin (Shun Oguri) fait parti d'un groupe de voleurs appelé les Oeuvres (The Works dans la version originale). Il est accompagné de Fujiko (Meiso Kuroki) et Jigen (Tetsuji Tamayama). Oh et plus tard dans le film, ils sont rejoints par un samouraï, Goemon (Go Ayano), pour aucune autre raison que le fait qu'il soit dans le manga... à part ça, il ne sert à rien dans le scénario. Ils veulent voler une médaille mais le groupe est trahi par l'un des leurs, qui en plus tue l'oncle de Lupin. Ajoutez à ça l'inspecteur de police qui poursuit Lupin mais qui en fait veut son aide.

Rien n'a de sens, particulièrement quand le collier volé est mis aux enchères en public. Le scénario tente alors de créer une cohésion dans tout ce non-sens avec de longs dialogues où chaque personnage explique à l'autre ce qui est en train de se passer. C'est comme si Kitamura avait oublié qu'il faisait un film et qu'il pouvait très bien nous montrer ce qui se passe au lieu d'asseoir deux personnes à une table et créer des scènes qui font retomber toute la tension. Un autre problème est que 90% du temps, les personnages parlent en anglais. Deux personnages japonais, se parlent en anglais. Sans aucune raison. Sans la moindre cohérence dans le scénario. Sans aucune utilité. Je n'ai rien contre l'anglais, mais là la plupart du temps, ça ne marche pas. Aucun des acteurs ne parle vraiment anglais et récite juste son texte appris par coeur. Aucune intonation n'est correcte, parfois même la ponctuation est manquante. Donc en plus de ne pas servir le scénario, c'est mauvais. On arrive même à sentir que les acteurs se concentrent pour réussir à dire leur texte.

Parfois, Kitamura fait aussi d'étranges choix artistiques. La séquence d'action la plus intense voit deux personnages affronter des dizaines d'ennemis... Mais il montre les deux combats en même temps, en écran partagé en deux. Du coup, comme c'est la séquence d'action la plus intense, il est impossible de suivre ce qui se passe à l'écran chez les deux personnages. C'est comme si Kitamura avait oublié ce qui l'a rendu célèbre. On n'a pas parlé de la musique mais la licence Lupin III a toujours été accompagnée de jazz. Sauf que ce qui marche dans l'action d'un animé ne marche pas forcément avec du live action. Et je peux vous assurer qu'une fusillade immense avec du jazz en fond, ça ne colle pas.

Malheureusement, s'il a fallu attendre 40 ans pour revoir un live de Lupin III, ce n'est pas celui-ci qui va nous satisfaire. Avec son manque d'action, ses dialogues trop longs et inutiles, sa durée excessive (sans ses lenteurs, il aurait pu être raccourci à 1h30 facilement), ses dialogues en anglais sans raison, la musique qui ne va pas... "Lupin the 3rd" a malheureusement bien plus de défauts que de qualités.

La note de Critique Universe :

Note : 1.5 sur 5.
La note des visiteurs : (votez)
-Publicité-
S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments