Fiche technique
Testé sur : PlayStation 5
Egalement disponible sur : PlayStation 4 / Xbox One / Xbox Series S-X / PC
Editeur / Développeur : Electronic Arts / Hazelight Studios
Genre : Plate-formes
Nombre de joueurs : 2
Nombre de joueurs en ligne : 2

Après nous avoir offert une expérience incroyable, et exclusivement en coopération avec A way out, le studio Hazelight revient proposer aux joueurs de parcourir main dans la main un nouvel univers d'aspect très mignon et qui, pourtant, va aborder un thème peu vu dans les jeux vidéos : le divorce, du point de vue des parents. It takes two va demander à deux personnages qui ne se supportent plus de s'allier pour retrouver leurs corps après qu'un sort a envoyé leurs esprits dans des poupées.

Quiconque ayant joué à A way out peut se diriger vers ce nouveau jeu les yeux fermés, tant on sait que le studio maîtrise son sujet. Le jeu n'est donc absolument pas jouable en solo, il faut obligatoirement jouer avec un ami. Vous avez la possibilité de jouer ensemble sur votre canapé en écran splitté, auquel cas un seul exemplaire du jeu est nécessaire, bien entendu, ou de proposer à un ami de vous rejoindre en ligne... auquel cas un seul exemplaire du jeu aussi est nécessaire ! Car l'ami que vous invitez n'a pas besoin de posséder le jeu pour vous rejoindre, et c'est là la force des jeux Hazelight. Pour partager le plaisir de jouer en coop, il suffit que votre ami télécharge la version gratuite du jeu disponible sur son store préféré pour pouvoir vous rejoindre (cette version gratuite ne lui permettra cependant pas de lancer le jeu lui-même, il ne pourra que rejoindre une partie existante). Attention toutefois, le jeu n'est pas crossplay, les deux joueurs doivent être sur le même support.

Pour en revenir à l'histoire, Cody et May sont sur le point de divorcer et l'annoncent à leur fille Rose. La petite demande à un livre de thérapie de couple qu'elle a trouvé de l'aider à sauver l'amour de ses parents. Le docteur Hakim se matérialise alors et transforme les parents en poupées, les forçant à s'entraider pour retrouver leur forme humaine. Le but étant surtout, bien entendu, de sauver leur couple. Et pour y parvenir, le docteur Hakim leur mettra régulièrement des bâtons dans les roues, les forçant à traverser différentes zones de leur maison, de l'établi à la chambre de leur fille, en passant par la serre ou même un arbre où se livre un combat à mort entre les écureuils et les guêpes. L'ambiance est complètement folle et rappelle les jeux Disney de l'époque des consoles 16 bits, comme Castle of Illusion ou encore, et surtout, World of Illusion (qui utilisait le même concept de coopération à deux joueurs pour pouvoir progresser).

Bien qu'on profite d'un thème peu abordé dans les jeux, on ne peut pas dire que son traitement soit exceptionnel. Voulu comme une comédie romantique, le scénario du jeu est un peu chaotique par moments. On sent que Cody et May ne s'aiment plus au début de l'aventure, et même si le jeu est censé les rapprocher (et spoiler alert, il va les rapprocher, sinon on n'aurait pas de fin heureuse), on n'arrive pas pour autant à croire que leur amour retrouvé est sincère parce qu'ils passent tout le long du jeu à s'envoyer des piques. Jusqu'à la dernière minute. L'histoire ne semble pas réellement savoir ce qu'elle veut faire de leur amour. Au passage, le jeu est doublé en anglais et sous-titré en français (comme le précédent jeu de ce studio). Ce qui n'était pas un problème pour A way out me dérange un peu plus ici, puisque le jeu s'adresse à une audience plus jeune. Un doublage français aurait été bénéfique. Mais le doublage anglais est de bonne facture, ce qui est assez rare pour être noté.

Le gameplay est extrêmement diversifié. Non seulement basé sur la coopération, chacun des deux personnages se voit attribuer un pouvoir différent en début de niveau, pouvoir complémentaire à l'autre, bien entendu. Sur l'établi, l'un est équipé, par exemple, d'un marteau et l'autre a les clous. Dans la serre, l'un peut se transformer en plante et l'autre arroser les surfaces. Ou encore dans une boule à neige, l'un possède le côté positif d'un aimant et l'autre le côté négatif. Les énigmes sont ainsi variées et très intelligentes puisqu'elles ne se contentent pas d'utiliser les pouvoirs mis à disposition d'une seule manière, mais il est parfois nécessaire de combiner ceux-ci pour créer quelque chose d'inédit. Concernant sa durée de vie, celle-ci n'est pas énorme : comptez une quinzaine d'heures. Mais ce qui aurait été gênant dans un jeu solo l'est moins pour un jeu en coop, parce qu'il faut déjà trouver le temps de vous réunir avec votre ami, mais cela vous donne également l'occasion de rejouer avec le même pote ou un autre, et en prenant l'autre personnage pour avoir les autres pouvoirs.

L'écran splitté est dynamique, comme c'était le cas dans A way out, c'est à dire qu'il peut être séparé à la verticale, à l'horizontale, ou encore être réuni dans le cas de certains boss où vous évoluerez sur le même écran. Tout cela change en direct. La coopération fait toujours sens et n'est jamais un simple prétexte : même si parfois vous avez l'impression que c'est l'autre joueur qui fait le gros du travail, le tout finit toujours par trouver un équilibre. On notera que la mort n'est jamais punitive. Tant qu'un joueur est vivant à l'écran, l'autre peut réapparaître à volonté. Ce n'est que si les deux personnages meurent que le game over apparaît, et en dehors des boss, c'est assez rare. Car si le jeu est assez simple, il devient finalement compliqué au moment des boss, qui constituent un véritable challenge. C'est toujours grandement satisfaisant quand on parvient à en éliminer un, d'autant qu'il y a une technique particulière à trouver pour chacun d'entre eux, technique où les deux personnages seront mis à contribution.

Points positifs

  • Un univers complètement fou qui nous rappelle d'anciens jeux
  • Visuellement magnifique
  • La coopération
  • Une bonne durée de vie pour ce genre de jeu
  • Un très bon doublage anglais

Points négatifs

  • Le seul véritable challenge, ce sont les boss
  • L'histoire de réconciliation du couple n'est pas vraiment crédible

Avec sa multitude de bonnes idées, It takes two nous embarque dans la folie de son univers. Quelques petits défauts sont présents, mais qu'on oublie bien vite tant l'aventure est fun, et que le concept de jeu forçant la coopérant est rare. C'est d'ailleurs le jeu parfait pour l'été si vous n'avez pas encore eu l'occasion de vous y essayer. On a hâte de voir dans quoi le studio Hazelight nous embarquera dans son prochain jeu !

La note de Critique Universe :

Note : 4.5 sur 5.
La note des visiteurs : (votez)

Toutes les captures d'écran de cette critiques ont été prises par nos soins sur une PlayStation 5.

-Publicité-
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments